Transition écologique, l’Afrique sera encore la cocue mondiale!

Publié: 14 mars 2019 dans Uncategorized

Lorsque ce soir j’ai appris que le plus grand constructeur mondial d’automobiles (VOLKSWAGEN) ne produira que des voitures électriques dans trente (30) ans, ma première pensée a été le pétrole sénégalais dont tout le monde parle depuis quelque temps.
Tous les rêves sont permis et beaucoup de discours fleurissent de partout pour dire que le pays va se développer.
Malheureusement, un élément de l’équation est oublié : le facteur temps.
Aussi, il faut considérer que le temps est devenu fondamental dans la gestion d’un Etat moderne. Pourtant, j’entends souvent des sénégalais dire que les jeunes attendent le départ du régime actuel pour se réapproprier des ressources naturelles du pays qui sont actuellement gérées dans le plus grand flou contrairement aux principes constitutionnels.
Le facteur temps est en défaveur d’un tel raisonnement. L’exploitation du pétrole découvert récemment doit être faite en tenant compte des nouvelles réalités géopolitiques et économiques mondiales. A-t-on dit au peuple sénégalais et africain que le monde va vers une économie intégrant des exigences écologiques et que toutes les grandes puissances (consommatrices d’énergies fossiles) sont entrain d’organiser leurs sociétés et leurs économies dans une dynamique de consommation écologique. Et cela induit fatalement, pour les pays producteurs de pétrole ou d’autres énergies fossiles une réduction voire une perte de revenus liés à leurs ressources naturelles. Au point que, même les pays, historiquement producteurs d’énergies fossiles, préparent leur futur, sans ou avec moins de production de pétrole ou de gaz (un petit regard sur les économies des pays du Golfe est édifiant).
Aussi, les nouveaux producteurs de pétrole comme le Sénégal risquent vraiment de déchanter d’ici quelques années si l’exploitation de leurs ressources naturelles n’est pas faite avec une vision stratégique et prospective. Le délai de trente (30) ans que s’est fixé la multinationale Volkswagen est le temps que doivent se donner l’économie sénégalaise et celle de certains pays africains pour tirer partie de leurs ressources pétrolières.
A défaut, ces pays africains retomberont dans les difficultés originelles : pauvreté, déficiences sanitaire, sociale, émigration, guerre civile, souffrance morale et surtout les sempiternelles accusations des autres.
Il n’y a pas de temps à perdre. C’est maintenant qu’il faut mettre en place les mesures politiques et économiques nécessaires au développement harmonieux et écologique des pays africains. Tous les ingrédients y sont réunis: population jeune et diplômée, ressources naturelles disponibles, l’intelligence artificielle accessible à moindre coût, disponibilité de fonds d’investissement, pour ne citer que cela…
A bon entendeur…
Guélewar
IMG_20180106_210434

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s